il s' agit en fait d' une revendication féministe concernant les tarifs homme et ceux femme dans les salons de coiffure

d' abord, l' origine vient d' une vielle tradition de séparation des sexes dans lesdits salons: les hommes fréquentaient les descendants des barbiers, lesquels faisaient la coupe courte à sec, cependant que ces dames allaient se faire chouchouter dans les salons dames aux bons soins de coiffeuses, ou de messieurs d' allure efféminée pour rassurer les maris, du fait de la supposée gayeté de ces figari... ( comme l' écrivain Truman Capote, égérie tolérée des salons des dames new yorkaises)

au début des années 70, les jeunes chevelus, dont votre serviteur, ont osé s' afficher dans les salons pour dames du fait de l' incompétence ou la mauvaise volonté des coiffeurs pour hommes à assurer les coupes longues, et les salons sont devenus mixtes; il faut dire que Jacques Brel était passé par là, avec ses bonbons

Jacques Brel - Les bonbons 67

 un chef d' oeuvre d' autoparodie !!!

mais l' habitude s' est perpétuée

toutefois, depuis qu' elles ont pris l' habitude d' afficher leurs convictions par une coupe à la Khristen Stewart, mesdames les ultra de touts bords politiquement correct se plaignent que leurs coiffeuses leurs facturent le coup de tondeuse à prix de coupe féminine, cependant que les chevelus payent le tarif homme

kristen stewart

ce qui n' est d' ailleurs pas toujours vrai, pas mal de salons appliquant des suppléments pour longueur de cheveux...mais ces dames peuvent difficilement fréquenter un salon de " barbier" maghrébin, pour cause de refus de mixité de la part de la clientèle ( ou intolérance au genre non fixé)

toutefois, à Montreal, des salons de coiffure surtout dans les quartiers gays ( heureuse ville où on peut afficher sur sa porte sa tolérance aux transitionnaires de genre !!!) ont décidé de faire leurs tarifs, non en fonction du sexe, mais de la technicité de la coiffure

"Dans notre clientèle, nous avons des gens non binaires et des personnes trans. De dire à une personne en transition qu’elle va payer pour une coupe homme, même si elle se considère une femme, parce que ces cheveux sont courts et qu’au fur et à mesure des opérations, on va changer pour une coupe femme, on ne se sentait pas bien du tout avec ça."

Joshua Belair, propriétaire du salon Studio-coiffure Perron + Aitken

exemple repris par un salon de Bruxelles, mais sans la revendication LGBTQ; reportage pour l' émission " On n' est pas des pigeons"

""C'est un peu aberrant de faire des coupes hommes et des coupes dames, ça ne veut rien dire. Il y a des hommes aux cheveux longs et des femmes aux cheveux courts" explique Sarah. D'où l'idée d'appliquer des tarifs en fonction du travail effectué!"

mais 50 euros pour un " trim" sur cheveux trés longs, ça fait bien cher !!!

à noter que le salon en question se revendique bio

"Mon associé a des allergies aux produits professionnels, avec les produits Bio et vegan il n'a pas de soucis, il ne doit pas mettre de gants et c'est plus agréable de travailler pour lui" explique Sarah."

maintenant, c' est à moi de protester: y' en a marre de la taxe bleue à la boutique de fringues !!! un tee short homme, donc droit coute deux fois plus cher qu' un pour dame, avec forme de poitrine, lui !!!