je vous avais fait part de la difficulté de dissoudre du sodium cocoyl isethionate dans une décoction de noyau d' avocat

aprés une semaine de repos, je ne l' avais pas suffisamment réchauffé, et le résultat fut moins durable que la première fois, et les cheveux donnant une impression de gainage...

toutefois, l' idée de shampoing n' est pas à rejeter; mais il vaut mieux ajouter à la décoction décantée un shampoing liquide à hauteur de 20% vol

 

donc, je suis retourné m' acheter un avocat, en ai rapé le noyau, et l' ai fait bouillir 10 mn dans environ 50 cl d' eau

ensuite, au moyen d' une passette en mailles polyamide, j' ai versé dans un bocal, mis à refroidir; une fois tiédi, j' ai constaté la présence au fond d' un dépot; j' ai doucement versé dans un autre bocal la fraction claire

100_0117

100_0116

m' étant shampoinné au shampoing solide, et copieusement rinçé, j' ai versé sur les cheveux un peu de décoction de noyau d' avocat

douceur immédiate; rinçage, serviette, et démêlage humide: une formalité

encore et toujours les cheveux légers et ultra doux; aucun réemmêlement des pointes

nous tenons donc un excellent aprés shampoing démêlant à rincer, avec toutefois une bouffée d' odeur durant le séchage ( ne pas oublier de se rincer également les mains...)

 

par ailleurs, ça fait trois mois que je n' ai pas eu besoin de paracétamol pour mes céphalées

en effet, j' ai eu l' idée saugrenue de cueillir quelques pousses de menthe, et de les mettre dans un pot à fermeture hermétique ( merci, aroma-zone..) couvertes d' alcool

au retour des céphalées, j' en applique quelques gouttes sur le front, et à chaque fois, ça a calmé bien plus vite que du paracétamol, sans creuser le trou de la sécurité sociale

sans le risque de se démolir le foie ( ne jamais dépasser 3g/jour de paracétamol pour un adulte, moitié moins pour un enfant de 25 kg) à risque d' hépatique fulminante ( mortelle sauf greffe ultra rapide...)