je remercie Trompette de m' avoir fait parvenir la référence de ce papier de Alice Roux sur le blog de De Novo Beauté

madame Roux s' opposant avec véhémence à l' idée même de shampoing solide; car liquide ou solide, un shampoing c' est un syndet ( détergent synthétique)

d' abord, j' ai en " catalogue " les deux, tous deux composés de sodium cocoyl isethionate et sodium lauroyl sarcosinate ( un alkyl aminé); le liquide dosé à 100g/l de sci ( au delà, c' est trop épais et le sodium methyl lauroyl isethionate n' est pas au catalogue AZ)

et tous deux identiquement lavants du cheveu

qu' elle s' en prenne au coté poissant des savons ( shampoo bar des anglo saxons), je la comprends car effectivement, l' eau calcaire entraine un résidu sur les cheveux, et que le sodium stearate ( dès que les corps gras saponifiés en contiennent ) est pratiquement inrinçable; ce qui explique que les anglosaxons utilisent le savon Castille à base d' huiles saponifiées à la potasse et de citrate de sodium; encore leur faut il bénéficier d' une eau douce...

de novo 1

je ne me sers pas d' un sulfate, mais d' isethionate, lequel se cristallise et ne nécessite pas d' ajoût de durcissement; je procède sur cheveux gorgés d' eau et par passes trés légères, ne déposant que peu de ta , puis, en " malaxant les cheveux", je répartis, et je n' ai jamais ressenti aucune irritation

de novo 2

mauvaise pioche; ma composition, c' est sci, sodium lauroyl sarcosinate , eau; le sarcosinate adoucissant bien ce shampoing; d' accord, la mouskilave, j' y crois peu ( sinon, j' aurais ajouté un decyl glucoside pour faire mousser, mais ça risque de poisser les tifs)

de novo 3

calcul: 20 ml de mon shampoing solide, ça fait 2 grammes de sci; un shampoing solide de 25g me fait couramment 25 à 30 shampoings

et je n' ai pas constaté de différence au niveau du rinçage, d' autant que les ta de nombre de shampoings liquides sont épaissis par des géloses ( hydroxymethylcellulose, guar, xanthane, chondrus crispus ) pas évidentes à faire partir au rinçage...

pour ce qui est de la biodégradabilité, elle est dépendante de la quantité de tensioactifs utilisés voir 3 lignes plus haut...

de novo 4

voilà un argument qui ne prouve rien sauf le passé professionnel de son auteure, dans un milieu qui affiche le mépris des petits innovateurs, avant de les racheter quand ils conquièrent des parts de marché...

argument balayé également par nombre d' utilisatrices qui, aprés pas mal d' essais divers ( jusqu' à finir les bouteilles de colle à tifs comme lessive à lainages...), ne jurent plus que par le Sweetie de chez Pachamamai

de novo 5captures de l' article de madame Roux

je respecte le parti pris de ma consoeur pour formuler sa production; toutefois, j' ai vainement cherché un shampoing dans son catalogue