nous savons tous ce qui s' est passé la semaine dernière: un ouragan apocalyptique, auquel seuls les gros oeuvres de béton armé peuvent résister; c' est miracle que tous les toits n' aient pas été emportes...

et un archipel sans eau ni électricité

monsieur Colomb explique que l' on ne peut évacuer en 48 heures une population: que fait-on d' autre quand l' aéroport de Sint Marteens procède  chaque week end à un échange standard de 20 000 touristes? ne peut on trouver 4 boeing 747 et 8 équipages?

au moins, les vieux, les touristes et les gosses mis à l' abri en Martinique ( à 500 km de là) auraient bien diminué l' ampleur du drame

ensuite, les bateaux hauturiers qui encombrent de leurs épaves le port; si l' on avait formé aux Antilles des skipers, ils auraient pù être éloignés de 3 à 400 km et dirigés ensuite vers la Guadeloupe ( un bateau ponté motorisé peut supporter au large des vents de 100 km/h)

mais surtout, on manque de moyens flottants de secours pour un archipel, les Caraibes, qui connait un sinistre annuel, et il faut dépasser le cadre national!!!

quelques vieilles locomotives diesel-électriques américaines de 8 000 chevaux ( 6 000 kw) montées dans un cargo pourraient fournir de l' électricité, et une centrale de dessalinisation de 2 000 m3/jour chargée sur un bateau peut faire la différence entre la vie et la mort

de même qu' un vieux ferry transformé en hopital flottant, et un antique porte péniches de débarquement ( ils ont livré sur plages 160 000 hommes un certain 6 juin...) permettant d' atteindre les criques isolées seraient bien utiles

le tout formant une task force de sinistre régional

maintenant est-il normal, là où le gros cyclone frappe tous les 20 ans que l' on n' ait pas dans un bunker des groupes électrogènes pour la necessité vitale, un stock de baches et de tasseaux, du riz, du café et de la sauce ainsi que des cuisines roulantes pour assurer 15 jours de pain à la population?

mais en fait, on a compté sur l' insularité et la destruction des réseaux pour qu' il n' y ait pas d' images ( mauvaise pioche, les hommes d' affaires des villas ont des liaisons satellites sécurisées...)

cependant que des rancoeurs de Guadeloupe suite au lachage par les iles du nord, riches du tourisme de luxe, ont tout fait pour gêner l' action de l' état

ainsi des capitaines, en menace cyclonique, ont refusé de charger pour le secours ( c' est un droit de capitaine de ne pas sortir au danger), puis s' ont allés clandestinement... charger des touristes pour le compte de tour opérateurs

ajoutons les autorités néerlandaises, moins impactées qui ont fermé leur frontière aux crève-la-faim français, et la radio ( prière de l' écouter) réduite au silence car aucun poste à antenne de toit n' a été prévu sur une hauteur !!!

et puis, l' état a décidé de s' occuper de tout ( surtout d' encager les sinistrés) et de ne pas laisser embarquer d' humanitaires; une vieille dame de 82 ans attend encore son tour pour être évacuée !!! ( en percevant pour certains 1 bouteille d' eau par jour, et pas tous, sous 30°c... là, on risque  des morts!!!)

aprés un tel tableau, je vous adjure de ne pas donner , car on se souvient que, dans la Somme, l' argent de la charité, à force de comités devant déterminer à qui donner, a fini...dans les caisses des collectivités !!! ( la Croix Rouge, dès mercredi appelait aux dons, car un avion coûte 15 000 euros..en transportant de métropole ce qu' on trouve à Pointe à Pitre)

et si monsieur Macron avait reçu à la Providence d' Amiens, outre sa fiancée et ses humanités, le devoir du puissant envers le petit ( encore enseigné mais en Belgique), il se serait fait accompagner de l' évêque pour porter le cercueil d' une victime !!!

c' est la différence entre l' aristocrate, lequel doit sa veste à qui n' en n' a plus, et le "méritocrate" auquel tout est dù ( même le port d' un costume du bon faiseur en sa présence...)

maintenant, il faut d' urgence du bois, de la moustiquaire et des outils pour refermer les maisons et des baches à toits à poser éventuellement sur des toles récupérées ( ça doit pas manquer...) pour rendre un clos et un couvert au maximum d' habitants, et surtout quelques lavomatiques pour qu' ils gardent leur dignité corporelle

mais surtout des personnels humanitaires pour encadrer les sinistrés dans ce travail !!!