c' est une peu une question difficile pour les parents

d' abord, sur les bambins, c' est une décision parentale, mais qui deviendra vite celle du choix du principal intéressé; on ne peut pas à la fois lui enseigner que son corps n' appartient qu' à lui ( pour dénoncer une éventuelle pédo...) et lui refuser de se faire coiffer comme il l' entend

madame Fortin est passée par ces deux phases, proposant à son fils de se faire coiffer aussi court que son papa, et le fieu a choisi de garder ses longueurs

neanmoins il se trouve quelques ames pieuses ( mais peu évangéliques...) pour lui sortir quelques réflexions bien senties: au fieu " il faudra dire à ta maman que tu es un garçon" alors que , sauf pour les cheveux, il l' est à 100% ou " vous auriez donc voulu avoir une fille?"

et là, madame Fortin a raison de protester énergiquement, d' autant qu' elle comprend que l' on puisse faire erreur sur le sexe de son fiston quand on ne le connait pas ( à 4 ans, le dimorphisme sexuel est inexistant); dans ce cas, on demande l' excuse et no problem

 

je comprends que des parents n' aient pas envie de vivre ça, et préfèrent que leur fils affiche une coupe indubitablement masculine;

 mais si le fieu se voit chevelu- et garçon, futur homme- la coupe forcée ou contrainte risque de provoquer une intense souffrance, ainsi le témoignage de Alain 108 sur au féminin.com, lequel, étant soumis à la coupe forcée,fantasmait sur les chevelures des copines et souhaitait avoir être fille pour avoir cette liberté

Lorsque je leur ( mes parents) parlais de mon désir viscéral d'avoir les cheveux longs, je passais à leur yeux pour un martien et je ne recevais que l'expression de leur dégout... Je passais donc comme la plupart des garçons régulièrement chez le coiffeur pour une coupe bien propre comme ils disaient... pour moi, c'était horrible de subir ce massacre... Des années durant, j'ai dû supporter avec horreur ces coupes de cheveux qui me faisaient mal... Je me revois sur le siège, ma mère derrière, le coiffeur demandant: comme d'habitude? Et ma mère de répondre en me passant la main dans les cheveux, comme pour s'excuser d'avoir à me faire subir ce supplice: oui! il est tellement mignon avec ses cheveux courts, et puis il faut bien qu'il soit comme les autres garçons...

apparemment, il est homme parfaitement hétérosexuel, mais reste prisonnier de cette oppression et n' arrive pas à laisser pousser ses cheveux

et d' ajouter: Ce qui serait super pour moi, c'est de découvrir que d'autres ressentent la même chose que moi et que je ne sois pas seul à avoir souffert de ces conventions débiles.

vous me rappelez curieusement quelqu' un... et votre désir est exaucé!!! d' autant que je pense que nombreux sont ceux qui ont vécu ça

d' ailleurs, ce cas de coupes forcées n' est pas uniquement masculin; la seule commentatrice de Alain a dù porter toute son enfance la coiffure de Chantal Goya, et je me souviens d' un père dictateur qui avait fait tondre sa fille de 13 ans parce qu' elle avait des amis garçons; il a eu la veine de ne pas la marier en catastrophe à 16 ans ( il clamait que sa fille n' aurait pas de petit ami, donc la contraception... !!!)

et voici une scène que l' on souhaiterait ne plus revoir

dillon grims haircut

la réponse paternelle au début, c' est " ta gueule !!!" ( shut up)