en dialecte picard, car les deux projets étaient, un prés d' Armentières, et l' autre dans la somme

 

celui du nord, c' était un patron du btp qui voulait se faire éleveur d' une exploitation de mille bovins sur 4 étages sans sol; projet retoqué tant par la préfecture que les syndicats agricoles (fnsea comprise) et pourtant, ce syndicat n' a qu'une devise: au dernier vivant!

en revanche, celui de la Somme, c' est un gaec (groupement agricole d' exploitation en commun) pour loger dans la même stabulation 500 vaches laitières nourries sur la terre des exploitants associés

 

or, aujourd' hui, les vaches se trouvent en stabulations dans des fermes de 60 à 100 têtes dans quasi tous les élevages

 

mais le grossissement du troupeau permet un suivi informatisé de chaque bête: appêtit, production, déplacement, température avec repérage informatique des écarts, permettant de mettre toute bête un peu souffrante dans une infirmerie bien équipée; beaucoup de censiers seraient en peine de le faire pour leurs 80 vaches...

avec des animaux qui choisissent alors quand elles ont faim et quant elles souhaitent être traites (des robots s' en chargent); à l' Institut de Genech, le troupeau s' en trouve fort bien depuis quelques années

quant à la litière, outre une fumière couverte, elle passe en site de compostage; un agriculteur isolé n' a pas accés à cette technologie, et le compost retourne à la terre qui nourrit les bovins (nourrissage sur l' exploitation)

quant au bovus moyen, il ne se sent jamais aussi bien que quand il vit entouré de bombreux congénères... et que l' homo sapiens le dérange peu

 

mais je comprends que tant la confédération paysanne que les écologistes urbains souhaitent les uns une paysannerie nombreuse et les autres un retour à des pratiques idéalisées, mais auxquelles même les éleveurs bio ont renoncé... pour le confort de leur cheptel

 

car la cinse d' min grind pere, d' avec ses 15 vaques, c' tôt celle du père Leleu dins l' feuilleton d' Arte

 j' n'a r' voudros plus r'vire les 15 vaques intravées d'dins leur étable et n' sortint qu' un coup del sémaine quaind on r' faisot l' litière, et ce, de novembre à fin avril!!!

et j' vos d'minde l' excuse d' rintrer d' dins vos convictions, mais d' dins min jône timps, d' jai mené les vaques et j' pinse un peu l'zes connautre!!!