une lectrice a posé à une de mes consoeurs " que pensez vous de l'article  quand la cosmétique naturelle pêche par exces de confiance" de Alice Roux

 c'est une excellente analyse de la part d'une praticienne et membre de la corporation des cosméticiens; elle pose surtout un ensemble de questionnements, même si c'est dans le cadre d'un plaidoyer  pour ses choix de formulation

 

d'abord sur nos exigences, dès lors que l'on parle de naturel: une quasi "orthorexie"de la composition, mais

déjà faut-il que la substance active soit bien dosée dans le produit fini, et non un alibi homeopatique pour avoir une efficacité

il faut que nos attentes restent réalistes

 

et, notion fondamentale entre toutes, que la substance arrive bien où elle doit arriver, et donc de la forme galénique du produit fini, ce que Alice apppelle " le véhicule" qui ne sera pas nécessairement naturel

et là, c'est une question primordiale bien connue de la pharmacie

en un mot, rien ne sert de mettre tous les extraits végétaux du monde si on ne peut pas les doser et les faire pénétrer là où on a besoin

 

il fallait que ce soit dit, et c'est là le mérite de Alice Roux de nous rappeler que la composition d'un cosmétique est importante, mais son efficacité l' est tout autant, quitte à devoir un peu (le moins possible et le moins polluant possible) à l'industrie

 

je vous recommande également la lecture de son papier: qu'est ce qui fait l'efficacité d' un produit capillaire conventionnel?, ou elle explique bien l'alibi naturel pour couvrir l'efficacité chimique